Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Roland Francart


1. Les Mauvaises Gens

mauvaisesgens-c.jpg
La BD peut également être un formidable outil pour raconter le réel. Ainsi, au fil de 180 pages de son remarquable album édité chez Delcourt, Etienne Davodeau nous raconte avec brio et émotion, à travers l’expérience de ses parents, la vie, l’espoir et les combats d’un petit village de l’ouest de la France « Les Mauges », de la fin de la seconde guerre mondiale aux débuts des années ’80.

« Les Mauges », autrement dit, selon certains historiens, probablement mal intentionnés, est la contraction de l’expression « Les Mauvaises Gens », d’où le titre de l’ouvrage.
D’abord réticente, Marie-Jo, la mère de notre dessinateur et Maurice, son père, finissent par accepter de se livrer et de raconter les quarante premières années de leur vie. Une histoire qui est également un peu la nôtre.
Alors qu’ils sont encore bien jeunes, au lendemain de cette terrible seconde guerre mondiale, la France se reconstruit, se modernise ; le chômage n’existe pratiquement pas. Tous les espoirs sont permis.
Quittant l’école au seuil de l’adolescence, Marie-Jo et Maurice découvrent l’usine et l’atelier et leurs pénibles conditions de travail.
Le monde ouvrier réclame plus de justice. Au cœur de ce combat, les parents de notre narrateur, catholiques pratiquants, adhèrent tout d’abord à la JOC et la JOCF (Jeunesse ouvrière catholique), puis à l’AOC (Action ouvrière catholique), ensuite à la CFTC. Après l’éclatement de cette dernière en 1964, les voici délégués syndicaux à la CFDT et, parallèlement, ils rejoignent le parti socialiste.

L’Eglise bouge également avec Vatican II, se voulant davantage au service des plus pauvres et de la « classe ouvrière », ce qui réjouit Marie-Jo et Maurice , qui se marient alors en janvier 1965. Trois enfants naissent de cette union dont Etienne, l’aîné, l’auteur de cet ouvrage.
Maurice est même élu conseiller municipal de son petit village. Pendant la campagne électorale, Etienne a participé au collage d’affiches durant la nuit. C’est également dans ce contexte que notre futur dessinateur de BD voit ses premières esquisses imprimées sur des tracts politiques.

Les militants sincères ne peuvent contenir leur joie lorsque, en 1981, François Mitterand accède à la présidence de la République. Nous connaissons la suite ! …

Une chronique d’une grande clarté littéraire et graphique, au trait et au lavis, qui dépasse le simple cadre familial. Un passionnant survol de l’histoire du syndicalisme catholique.
Une nouvelle et indispensable BD par l’auteur de « Chute de vélo », édité chez Dupuis, grand prix des libraires de BD en 2005.

  Guy Lehideux


images.jpg
  "Un Homme est mort", une autre BD d'E. Davodeau, qui a reçu le prix oecuménique de la BD. (voir le site du jury oecuménique...)                                                                                                









2. "Dans la Secte"

secte-TN-1.jpg
Il y a toujours eu, fort heureusement, des BD qui dénoncent les sectes. Sans remonter à Jijé (« Jerry Spring contre KKK »), signalons deux albums récents : « Kodiak » (Frank Lincoln 4) de Marc Bourgne et Serge Perrotin (Ed. Glénat, Bulle Noire) et « Un port dans l’ombre » (Jérémiah 26) de Hermann (éd . Dupuis, Repérages). Mais dans ces deux cas, il s’agit de sectes fictives, bien qu’inspirées de faits réels. L’album « Dans la Secte » nous livre un témoignage vrai, même s’il date de 20 ans, d’une jeune fille entrée de son plein gré dans la secte de secte-TN-2.jpgScientologie (qui s’appelle abusivement « église »), des conditions de son « engagement », disons de son bénévolat, puis de sa rupture difficile, compte tenu d’un harcèlement impitoyable. Il faut du courage pour témoigner ainsi, encore plus pour éditer ce livre.

La préface est signée Catherine Picard, Présidente de l’Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu (UNADFI). Le dessin simple et efficace est de Louis Alloing, connu pour 8 tomes de la série « Les Moineaux » chez Bayard.
Le scénario est signé Pierre Henri, spécialiste de publicité. Paru le 26 août 2005, l’album a été tiré à 1000 exemplaires et un nouveau tirage est en cours. Il fait partie de la collection « Contre-Cœur » de l’éditeur  La Boîte à Bulles,
5 Villa du Petit Valet,
92160 Antony,
Tél/fax 10.42.37.86.80,
mob 06.64.30.69.23,
site www.la-boite-a-bulles.com

 
                                                                              Roland Francart

Commenter cet article