Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Roland Francart


         Je n'avais ouï que de vagues rumeurs sur l'évangélisation des Vikings. C'est pourquoi, et sans accorder à cette œuvre un cachet historique, c'est sans aucun a priori que j'en ai fait la découverte, tant du point de vue artistique, que comme une forme possible et, somme toute vraisemblable, de ce qu'a pu être cette évangélisation dans sa réalité.

         Après tout, ce que nous voyons ici est-il moins réaliste que les récits, souvent édulcorés après coup, de ce qui devait être pour les religieux concernés une aventure (une "saga") pleine de dangers ? Et les hommes ayant accompli cet exploit ne sont-ils pas à l'image des apôtres ou des prédicateurs célèbres, à savoir, des risque-tout qui, bien souvent, ne trouvaient pas leur place dans la société de leur temps ? Le Christ lui-même, ne pouvait-il pas passer pour un déclassé, un marginal dont le statut social s'accordait mal avec son savoir et son action qui le mit aux prises avec le clergé (juif) officiel ainsi que l'occupant romain ?

        C'est donc, à l'exemple du Christ lui-même ainsi que des apôtres, que sept moines pécheurs, pratiquement sept exclus, s'enfoncent dans le grand nord à la recherche de ces guerriers redoutables qui terrorisaient le monde chrétien d'alors.

        Ils portent un message de vie et, d'abord, de leur propre survie à l'image du peuple qu'ils affrontent. Car les Vikings n'ont d'autre choix, hélas, que la pratique de la piraterie, face aux insuffisances, à la pauvreté de la terre dont ils sont issus et à la rigueur d'un climat qui réduit la vie en permanence à une simple question de survie.
       C'est cela, sans doute, qui explique la compréhension, l'identification entre ces moines très particuliers et un tel peuple. Car les uns et les autres sont en marge, les uns et les autres doivent se battre pour exister dans un monde hostile qui refuse de les comprendre. Les uns et les autres luttent pour la vie.

       Or, le message de Notre Seigneur Jésus Christ n'est-il pas justement un message de vie ? Et ne se propose-t-il pas de relever ceux qui sont écartés, bafoués, rejetés, incompris, qu'il s'agisse d'un esclave, un lépreux, un voleur, un publicain ou une Marie-Madeleine ? Pourquoi pas alors les Vikings ?
       C'est de cette formidable réussite que traite l'œuvre d’Alain Ayroles (scénariste) et Luigi Critone (dessinateur) avec un talent rare. Et ce, à l'aide d'un scénario palpitant et un dessin remarquable sans jamais verser dans le voyeurisme de la violence ou du sexe qui, souvent, ont gâté des oeuvres du même genre telle que celle de Mitton à propos de ces mêmes Vikings.
        Sans faire non plus de concessions à toute accusation de la réalité mais en veillant à l'enrichir d'un contenu profondément humain.
        C'est ce qui fait de cette BD un chef d'œuvre qu'on ne saurait trop recommander à tout amateur de la vraie bande dessinée.

                                                                                                                            Manuel Quintela

Sept Missionnaires, sept moines partent évangéliser de féroces Vikings, éd. Delcourt, 2008, BD nominée pour le Prix Gabriel 2009, 56 pages, 14,40 €

Commenter cet article