Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Roland Francart

Livres en folie, l’événement culturel de la semaine
Posté le 12 juin 2009

Avec 1548 titres disponibles et 78 auteurs en signature, la 15eme édition de livre en folie s’est déroulée sous fond de ciel gris, une ambiance de retrouvailles et d’échanges avec les auteurs et initiateurs de l’événement.
Si dans la matinée les chrétiens catholiques ont marché en procession dans les rues pour manifester leur attachement à Dieu, les amants du livre se sont par contre donné rendez-vous au Parc historique de la Canne à Sucre pour la fête du livre haïtien ce jeudi 11 juin 2009.

Des romanciers et poètes tels que Gary Victor, Claude Pierre, Emelie Prophète (Direction National du Livre), Yannick Lahens, l’invitée d’honneur, entre autres, ont signé leur dernier ouvrage. Conjointement, le collectif des universitaires citoyens a exposé au public sa plus récente œuvre « Haïti et la France, un débat escamoté ».
Des essais, des bandes dessinées, des livres jeunesses et d’histoire figuraient sur les étagères des différentes maisons d’édition ou de distribution pour satisfaire des lecteurs de tout âge venus en grand nombre à ce banquet du livre.
Malgré les caprices du temps, les mordus de la lecture n’ont pas cédé à la tentation de s’approprier le dernier livre de leur auteur de prédilection à prix réduits. Heureusement la pluie qu’on redoutait ne s’est pas mêlée de la partie, ce qui a permis l’épuisement de certains stocks.

L’un des « best-sellers » de cette journée a été la bande dessinée à succès « Alain Possible », de Mombrun Teddy Kesner. En effet, son stock a été épuisé avant la fin de la journée.
De son coté, le professeur Myrlande H. Manigat a invité les passionnés de la lecture à explorer, découvrir et s’approprier les textes des jeunes écrivains. Aux auteurs de ne pas verser dans la facilité. Elle voit dans cette entreprise une manière d’encourager la production et l’alimentation du paysage intellectuel du pays.
Cette initiative de la Unibank et du journal Le Nouvelliste vieille déjà de quinze ans, est selon plus d’un, très profitable à la culture nationale. Elle tend à susciter le goût de l’écriture et de la consommation d’ouvrages d’auteurs du terroir.
Source : CICP/MCC
HPN
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article