Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Roland Francart


Au moment où je m'apprête à écrire ces lignes, j'apprends, à mon grand étonnement, que je m'adresse au 1er prix annuel de la BD chrétienne en France.
Bien sûr, rien n'est plus subjectif que l'appréciation d'une œuvre. Pourtant, au vu de l'énorme tirage que le genre nous offre, en fait d'œuvres, à longueur d'année, j'hésite à classer celle-ci à une telle hauteur. Surtout qu'il n'est pas seulement question de BD mais de BD chrétienne. Et là, quelques commentaires s'imposent.

A mon humble avis, l'atmosphère, l'esprit même de cette œuvre n'a que peu de rapport avec le christianisme, du moins tel que je le conçois. Il s'agit d'une histoire noire, triste et, pour tout dire, pessimiste dans le ton, dans la forme et dans l'esprit. Bien sûr, l'exaltation religieuse n'exclut pas les épreuves, les situations dramatiques ou la vision des aspects les plus négatifs du monde et de l'être humain. Mais ces éléments n'existent que pour nous montrer qu'il y a autre chose derrière, un monde plus élevé, un futur ou, pourquoi pas, un Graal à atteindre. L'âme ? Dieu ? Peu importe comme on l'appelle mais, en tout cas, il est censé justifier notre quête ici-bas et donner un sens à la vie.
Rien de tout cela ici. Les épreuves de Bout d'Homme semblent uniquement destinées à lui faire découvrir l'enfer et, je dirais presque, à le justifier. Notre héros semble tourner en rond, tel un damné, dans un décor que l'auteur veut pire que noir. Il rassemble les tons gris et bruns, décolorés par la pluie propre à nous rappeler les tristes corons ouvriers du 19ème. Si tel est le but alors, félicitations, c'est une réussite. Et à cela, ou presque, se borne mon compliment. Où est Dieu au bout de tout cela ? Je ne sais.

Bref, ce n'est pas parce qu'on y parle de Dieu qu'une BD est nécessairement chrétienne. Une parodie de la vulgarité, de la débauche et du crime le plus médiocre doit s'élever au-dessus de cette médiocrité si elle veut devenir art. Sous cet aspect, et sans prétention religieuse, l'histoire d'Oliver Twist, à laquelle celle-ci prétend ressembler, a un contenu et un esprit autrement chrétien que notre BD sans rien cacher pourtant des malheurs de l'humanité. Mais où est la différence ? Elle se résume à un point. Derrière le sordide, il y a dans l'oeuvre de Dickens un élément crucial : la bonté.
Mais – Baste !- ne venons pas toutefois dans l'excessif, sans quoi on pourrait croire à une mise à l'index par un inquisiteur poussif plutôt qu'à une critique.

L'ouvrage de J.C. Krahen me déplait certes, mais la justice m'oblige à considérer que les caractères que je juge malsains peuvent être eux-mêmes considérés comme une réussite de l'auteur dont l'habilité éclate trop pour les confondre avec un manque de talent. Aussi, le jugement pourrait s'orienter d'une toute autre façon à condition d'aimer le genre noir, désabusé, pessimiste; avec un dessin, bien sûr, qui va à l'unisson.

Bref, "Bout d'Homme" n'est pas inintéressant ou médiocre. Disons simplement que je ne l'ai apprécié tout en précisant néanmoins que, d'un point de vue chrétien, le but me parait manqué. Et cela, je le pense en toute objectivité.

Manuel Quintela Martinez
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article