Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Roland Francart

 Cher Frère Roland, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chers amis, chères amies,

 

   Tout d’abord je veux remercier le Frère Roland Francart et son équipe, de m’avoir invité à participer au 25ème anniversaire de la naissance du CRIABD. Cela me permet non seulement de féliciter ceux et celles qui ont porté ce succès durable, mais aussi de faire une plongée dans les souvenirs de mon enfance. Je me souviens très précisément – c’était, je l’avoue, il y a plus d’un demi-siècle – ma découverte de Pilamm et de sa magnifique Alerte en Palestine. Je vois encore le dessin où l’on voit un pharisien tout maigre s’asseoir sur un rocher pointu en soupirant : « Je suis brisé ! » Jésus venait en effet de secouer les prétentions légalistes qui visent à exercer un pouvoir sur les croyants. Je me rappelle aussi l’Emmanuel de Jijé et de l’abbé Balthasar, que j’ai connu personnellement lorsqu’il résidait à la cure de la paroisse Ste-Alène à St-Gilles. J’ai découvert avec mes parents – je ne savais pas encore lire – ces magnifiques planches en noir et blanc, sans me rendre compte de la hardiesse que ces auteurs ont eue de mettre en dessins, et en bande dessinée, les quatre évangiles, et jusqu’au Prologue de saint Jean. 

 

   Mais ces souvenirs m’invitent à aller plus loin.

Où ai-je vu pour la première fois, puis lu et relu ces bandes dessinées ?  Dans le living familial, à côté de mes parents qui me les confiaient et me les expliquaient. La bande dessinée chrétienne comme source de moments de relations familiales en profondeur. Certes, le rôle premier d’une bande dessinée religieuse est d’informer visuellement le lecteur. On ne soulignera jamais assez qu’un auteur de BD s’astreint à passer de nombreuses heures à réunir une documentation sérieuse. Son travail et sa création doivent ensuite susciter l’imagination du lecteur à l’aide de dessins, de rythmes visuels, de mouvements elliptiques parfois, basés sur un scénario tour à tour émouvant ou plein d’humour, contemplatif ou nerveux, mais toujours actif, oserait-on dire, et dynamique. Il faut aussi se réjouir que la bande dessinée chrétienne, sans pour autant être instrumentalisée, puisse susciter avec des jeunes et des moins jeunes un dialogue qui va en profondeur. Il est difficile de parler religion s’il n’y a pas une « accroche », ou un événement plus ou moins interpellant. La bande dessinée religieuse, et en particulier la BD chrétienne, si elle est de qualité, est une œuvre d’art dont la beauté et la profondeur de champ engagent au dialogue sur le sens de la vie, les valeurs, la présence du divin et, par la merveille du portrait et des scènes, les paroles et les actes, le style de Jésus ou des saints. Alors… en route pour de nouvelles aventures !... 

 

    25ème anniversaire du CRIABD.

Souvenirs. Souvenirs d’enfance pour beaucoup d’entre nous. Mais aussi prise de conscience renouvelée de la valeur humaine, artistique et même proprement spirituelle de la bande dessinée chrétienne. Par les images et le texte, celle-ci peut ouvrir un dialogue qui va bien au-delà du scénario, des mises en scène et des dessins évocateurs. Cela, ce n’est pas seulement pour hier, mais aussi – et peut-être davantage encore, dans une civilisation de l’image – pour aujourd’hui et demain ! 

 

 Félicitations au CRIABD et à ses responsables, un cordial merci ! 

 

      Le 9 septembre 2009     Daniel Sonveaux s.J.

  •  
    •  
      •  
        •  
          •  
            •  
              •  

                Provincial des Jésuites

  •  
    •  
      •  
        •  
          •  
            •  
              •  

                de Belgique méridionale

  •  
    •  
      •  
        •  
          •  
            •  
              •  

                et du Luxembourg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article