Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Roland Francart

Le Livre de Judith en Manga singapourien

 

Judith-tome-1.jpgVient de paraître en français et en deux tomes, format manga, avec sens de lecture japonais, une version romancée du Livre de Judith, un de ces textes deutérocanoniques (ou apocryphe) de l’Ancien Testament, appelés ainsi car leur plus ancienne version n’est connue qu’en grec. Ainsi les traducteurs protestants de la Bible, comme Louis Second (1910), ne les prennent-ils pas en compte. Ce Livre, aux accents guerriers, qui se termine par un meurtre, n’est pas familier des fidèles catholiques. Il est cependant connu par les peintures célèbres du Caravage et de Boticelli, mais aussi en BD par des chapitres importants de « L’histoire du Peuple de Dieu » (texte du Père Thivollier, dessin de Xavier Musquera, éd. du Bosquet, tome 21, 1981), de « Découvrir la Bible » (texte d’Etienne Dahler, dessin de Raymond Poïvet, éd. Larousse, tome 6, 1984) et de « La Fresque Biblique » (texte d’Olivier Cair-Hélion, dessins de Jean Torton et Claude Lambert, éd. du Lombard, tome 7, 1988).


En 2011, les éditions de l’Emmanuel à Paris, traduisent de l’américain (Manga Hero, San Rafael, California) deux volumes sur Judith, dessinés par le mangaka singapourien Sean Lam, sur scénario de Gabrielle Gniewek. Ils n’en resteront pas là puisqu’ils prévoient 3 mangas sur St Paul et un sur Benoît XVI, destiné à être distribué aux JMJ de Madrid. En page de garde, l’éditeur annonce que « ce manga reste fidèle au récit de la Bible ». Et c’est vrai ! Recherche des costumes et de l’architecture, respect de la personnalité des personnages : Judith et sa servante, Holopherne et son serviteur eunuque Bagoas, Manassé défunt mari de Judith, Achior chef des Ammonites, etc. Ce qui peut être déroutant pour le lecteur, ce sont les rêves, signalés cependant par des espaces intericoniques noirs : Judith dialogue avec Manassé, Holopherne revoit sa triste enfance, etc. Cela donne de l’épaisseur psychologique aux personnages tout en évitant les discours grandiloquents du texte biblique. Sont respectés : la mise en avant de la chasteté de Judith, son jeûne 6 jours sur 7, sa prière de nuit, sa détermination à séduire Holopherne sans lui céder et de lui trancher la tête quand il sera ivre le 3ème jour. Happy end : les habitants de Béthulie repoussent les Assyriens, Achior se fait circoncire.. et demande en mariage la servante de Judith, le trésor d’Holopherne servant de dot !


Entrez dans la dimension manga et (re)lisez les 16 chapitres du Livre de Judith.

 

                                                                                          Roland Francart

 

« Judith, de captive à Conquérante », dessin Sean Lam, scénario Gabrielle Gniewek, traduction Marie Chatagnon, vol. 1 et 2, éd. de l’Emmanuel, 20 rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris, 2011, 2 x 160 pages noir/blanc, 7,95 € pièce

www.editions-emmanuel.com et www.mangahero.com

 

Commenter cet article