Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

22 titres de BD chrétiennes

(47 albums)

 

Voici une approche historique de 75 ans de BD chrétiennes en français depuis le Don Bosco de Jijé  (1941) jusqu’à L’Abbaye de Clairvaux (2015).

Toutes ces BD sont disponibles actuellement en librairie (2016).

 

Cette sélection a été réalisée par le CRIABD asbl ( Centre religieux d’information et d’analyse de la Bande Dessinée ) à Bruxelles

à l’occasion des trente ans de sa fondation en juin 1985.

 

Le CRIABD est une association œcuménique active dans une dizaine de pays européens. Chaque année son jury décerne un prix Gabriel qui couronne la meilleure BD chrétienne parue dans l’année, en français et aussi en néerlandais.

 

 

Don Bosco par Jijé (Spirou belge 1941-42, suivi de 16 éditions dont la dernière chez Triomphe 2011-2015).   

Saint Jean Bosco (1815-1888), fondateur des Salésiens, ami des enfants pauvres de Turin. Jean Dupuis patron du journal de Spirou, commanda à Jijé, Joseph Gillain (1914-1980) de dessiner la vie de Don Bosco. Jijé en fit 110 pages dès 1941, il redessina le tout en format A4 en 1948. Cet album a reçu le Prix du Public en 1985 à l’expo « De Jijé à Vink, 45 ans de BD religieuses » à Maredsous. Jijé fut Grand Prix d’Angoulême en 1977 et on lui doit un « Charles de Foucauld », une « Bernadette » (tous deux réédités par les éditions du Triomphe), un « Blanc Casque » (histoire d’une Robe Noire chez les indiens du Saskatchewan), un « Baden Powell » et « Emmanuel » (vie de Jésus).

 

 

Monsieur Vincent par Raymond Reding (Journal Tintin 1951, 2 éditions Lombard 1957 et 2009, 1 édition Hélyode, collection Coccinelle 1992).

Les éditions du Lombard à Bruxelles, après le succès du film « Monsieur Vincent » de Maurice Cloche en 1947, avec Pierre Fresnay, demandent à Raymond Reding (1920-1999) de dessiner la biographie de ce fondateur des Lazaristes et des Filles de la Charité, Saint Vincent de Paul (1581-1660). C’est un chef-d’œuvre.

 

Xavier par Pierre Defoux (Spirou 1953, La Libre Belgique 1990, Hélyode  1990, Coccinelle 2002). L’éditeur Jean Dupuis demande à un jeune jésuite, Pierre Defoux (1924-2013) de dessiner une biographie du patron des Missions, co-fondateur avec St Ignace, de la Compagnie de Jésus. Sous la signature « Le Ménestrel », il dessina 75 pages dans le journal de Spirou à partir du 12 février 1953. Ces pages, en noir et blanc, parurent dans le quotidien la  Libre Belgique en 1990 avec un album chez Hélyode. En janvier 1991, il dédicaça cette première édition à Angoulême. Il aura fallu attendre 40 ans pour que l’auteur complète, avec 17 nouvelles pages, cette aventure inachevée (Xavier au Japon) et encore 9 ans pour l’intégrale en 2 tomes et en couleurs aux éditions Coccinelle à Durbuy.

 

Bernadette de Lourdes par Jijé (Line-Lombard 1958, Le Préambule-Québec 1979

Sous le titre « L’étrange destin de Bernadette », réédition Triomphe 2006 & 2008).

Peut-être le chef d’œuvre de Jijé, en 32 pages, édité pour la première fois

(en anglais et en français) à Montréal  (faussement co-édité par Fleurus-Paris)

l’année précédant le décès de l’auteur. Jijé n’a pas voulu représenter

l’apparition, puisque seule Bernadette avait vu !

 

Charles de Foucauld par Jijé, Spirou & Dupuis (1959), réédition Triomphe

(2005, 2011, 2014). Premier Prix Coccinelle (1985). Proclamé à l’issue de l’expo « 45 ans de BD religieuses, de Jijé à Vink », à Maredsous. Un des plus beaux albums de Jijé, chef de file du journal de Spirou. Paru dans ce journal en 1959, et publié en 6 éditions. Biographie poignante de ce militaire converti après un séjour au Maroc pour l’Institut français de Géographie. Devenu religieux puis ermite, il s’installe à Tamanrasset au Sud de l’Algérie.

 

La Bible par André Le Blanc (Pix, Etats-Unis, 1959, « The Picture Bible », David C.Cook Publ., Illinois, USA 1973, La Ligue, Guebwiller, 1977 N/B 6 tomes, 1987 couleurs, plusieurs éditions jusqu’en 2009). Gros succès d’édition. Se décline aujourd’hui en Bible complète + texte Evangile de Luc (760 pages), Nouveau Testament seul (288 pages) et Evangile (texte de Marc et dessin). Dessin classique bien documenté d’André Le Blanc (1921-1998), né à Cuba d’un père français et d’une mère latino-américaine. Il a vécu aux USA et travailla pour les studios Eisner et Binder (Capt. Marvel), puis au Brésil. Le scénario est l’œuvre de Iva Hoth (1911-2007), protestante évangélique. Traduit dans une vingtaine de langues.

 

François d’Assise par Dino Battaglia (Messagero de Padova 1974, Fleurus, 2 tomes Vivants Témoins 1976, intégrale Mosquito 2011). Sur un scénario du Père Colasanti, capucin de Padoue, le grand artiste Dino Battaglia (1923-1983), ami de Hugo Pratt, a réalisé ce chef-d’œuvre avec l’aide de sa femme Laura. Edité en italien, il a fallu 35 ans pour qu’une belle édition en français voie le jour grâce à Michel Jans, éditeur de Mosquito. L’album, qui n’est pas destiné aux enfants, a reçu le Prix Européen de la BD chrétienne décerné par le CRIABD à Strasbourg en juin 2011, « François d’Assise, un ouvrage mythique du maître vénitien, une rencontre émouvante avec la vie d’un saint qui refusa la richesse et le clinquant pour se consacrer aux pauvres et aux déshérités » (cardinal Gianfranco Ravasi ).
 

Tonnerre en Chine par Luc Foccroulle (La Libre Belgique 1993, Hélyode  1993, Coccinelle 2007). Avec le scénario des deux frères Bar, Dominique et Pierre, cette vie du Père Vincent Lebbe, missionnaire lazariste belge (1877-1940), pionnier de l’inculturation par sa méthode de se faire chinois avec les chinois, le dessinateur Luc Foccroulle (né en 1967) a réussi une des meilleures BD de la fin du XXème siècle. Vincent Lebbe a fondé en Chine les Congrégations des Petits Frères de Saint-Jean-Baptiste et des Petites Soeurs de Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus de l'Église chinoise. Ce missionnaire vécut l'esprit évangélique de charité, de liberté, de joie et de détachement. La BD a été traduite en chinois à Taiwan. Prix international de la meilleure BD chrétienne à Angoulême en janvier 1994.

 

L’Abbé Pierre par Edmond Baudouin (La Vie, février-mai 1994, Acnav 1994, Altercomics/Acnav 2011). Edmond Baudouin (né à Nice en 1942), avec les scénaristes Alain Royer, Georges Carpentier, l’Abbé Pierre et lui-même, esquisse une biographie en noir & blanc très réaliste, s’inspirant de tableaux de Picasso ou de Cézanne, évoquant les violences en Yougoslavie ! Atmosphère des autres albums d’Edmond Baudouin (Couma Acò, Piero, Véro, le Chemin de St Jean, paroles de taulards, etc.), avec une profondeur sur la prière d’adoration dans la simplicité. Pour adultes et grands adolescents.

 

Jésus de Nazareth par Frédéric Madsen (Delcourt, 1995, réédition

Scriptura/Bibli’O 2015). Le titre originel en danois était « Le Fils de l’Homme ».

L’apôtre Pierre est « le narrateur de l’histoire contenue dans ce livre.

Une histoire dont Peter Madsen a su transcrire l’universalité, la force émotionnelle et spirituelle, sous la forme d’une BD au graphisme puissant, aux dialogues chaleureux, qui rappellent constamment la profonde humanité de ce récit » (4ème de couverture).

Il a reçu le Prix de la BD chrétienne d’Angoulême.

 

L’Evangile pour les Enfants, Paraboles, Miracles, Actes des Apôtres, par Jean-François Kieffer (dessinateur né en 1957) et Christine Ponsard (scénariste 1956-2004), 4 BD matelassées de moyen format (Mame-Edifa-Fleurus 2012) sur le Nouveau Testament + 5 albums de coloriage (« 32 images »). Une merveille et un best-seller ! Il faut dire que Jean-François Kieffer est diacre dans le diocèse de Verdun, homme de prière, animateur à la guitare et père de famille. Il a reçu le Prix Gabriel du 30ème anniversaire du CRIABD en 2016 pour l’ensemble de son œuvre.

Les Aventures de Loupio par Jean-François Kieffer, 10 tomes (Mame-Edifa Fleurus, de 2001 à 2015). S’il y a plusieurs BD sur St François d’Assise (voir le n° 7 de Battaglia), le dessinateur alsacien Jean-François Kieffer propose de découvrir indirectement, avec Loupio, un jeune ménestrel de fiction, le Saint protecteur des animaux et de l’écologie. Inspirées des Fioretti, ces courtes ou longues histoires sont pleines d’humanité et de fraîcheur, servies par de belles couleurs. En bonus, des CD de chansons, coffret avec statuette 3 D, puzzle, jeu du chemin de Compostelle, etc.

Le Pèlerin russe par Gaëtan Evrard (Coccinelle 2001). « Récits d’un pèlerin » est le titre d’un livre anonyme russe du XIXème siècle, traduit en français en Belgique au prieuré d’Amay en 1928. Magistralement dessiné par le belge Gaëtan Evrard (né en 1959), on lui doit aussi deux autres BD orthodoxes, toujours chez Coccinelle, Starets Silouane et Starets Séraphim. Le pèlerin anonyme, a fait de son rêve la réalité de toute une vie. Sans abri, un pain sec et une Bible, voilà résumée la fortune de notre pèlerin. Il part en quête de comprendre les mots de la Bible et la manière de « prier sans cesse » (St Paul). Un beau jeu de couleurs chaudes et de mouvements légers donnent à l’ensemble un sentiment d’intimité et de réconfort.

 

La Bible en Manga par deux dessinatrices  Ryo Azumi (née à Tokyo en 1959) pour l’Ancien Testament & Kelly Shinozawa (née en 1970 à Nagoya) et Hideneri pour le scénario, née en 1970 à Nagoya). Original japonais en 5 tomes et édition française BLF 2008-2012). Traduit en 17 langues, ce premier manga en couleurs sur la Bible, dans le sens occidental de lecture, a de quoi séduire jeunes et adultes. Les 5 Mangas donnent des sous-titres aux 5 récits de 300 pages chacun : Mutinerie  (Exode), Magistrats (Juges), Messagers (Prophètes), Messie (Evangile) et Métamorphose (Actes des Apôtres). Prix Gabriel en 2009 et Prix Bande Dessinée Chrétienne Angoulême en 2010.

 

Le Voyage des Pères par David Ratte, 8 tomes (Paquet 2007-2016). Trois papas d’apôtres, recherchent leur fils disparus avec Jésus. La caméra est centrée sur les pères et leur quête, pas sur Jésus. Le premier cycle, sur l‘Evangile,  met en valeur Jonas, père de Simon-Pierre et André, puis Alphée père de Jacques, enfin Simon père de Matthieu. Un quatrième personnage n’est autre que Barabbas, dont Jésus a pris la place. Le second cycle présente un ancêtre égyptien de Jonas, Yona, de la cour de Pharaon à la Terre promise, tout au long de l’Exode : Descendance, Turbulences, Effervescence, Transhumance. Tout en respectant le texte biblique, David Ratte (né en 1970 à Besançon) dessine de manière caricaturale et humoristique. Il a reçu le Prix de la BD chrétienne à Angoulême en 2008 et 2011.

 

Les Indices Pensables, par Brunor, 6 tomes (Jubilé 2009-2011, France Catholique 2011-2012 puis Brunor Editions 2014-2016). En six enquêtes sur Dieu, le philosophe et dessinateur Brunor, par ailleurs scénariste de plusieurs BD chrétiennes, ne prétend pas nous fournir la preuve de l’existence de Dieu, mais nous propose plusieurs « indices » : « Le Mystère du Soleil froid », « Un os dans Evolution » (Prix Angoulême), « Le Hasard n’écrit pas de message »,  « La Lumière fatiguée », « L’Etre et le Néant », « Le Secret de l’Adam inachevé » et « Les jours effacés ».

François d’Assise par Gaëtan Evrard et Jean-François Kieffer (Fleurus  2010).

Le dessinateur de Loupio avait déjà dessiné une vie de François comme « péché de jeunesse » en 1982 dans Astrapi.

En 2010 il en a refait  un scénario pour Gaëtan Evrard, un dessinateur belge proche de son style  et cet album a donc paru chez Edifa-Mame, à portée des enfants.

 

 Une vie donnée à Dieu et aux hommes, les moines de Tibhirine-Fès-Midelt,  par Dominique Bar (Signe 2011). Quinze ans après l’assassinat de 7 moines du monastère Notre-Dame de l’Atlas en Algérie, deux éditeurs français ont relevé le défi lancé par Monseigneur Dagens, évêque d’Angoulême : le Triomphe en août 2011 avec Jean-Marie Michaud au dessin et Patrick Deschamps au scénario, Le Signe trois mois plus tard avec Dominique Bar (né à Liège en 1957) au dessin et Gaëtan Evrard (né à Namur en 1959) au scénario. Ces BD sont importantes pour comprendre une présence chrétienne priante en milieu musulman. Prix Gabriel 2012 pour la BD de Dominique Bar et mention spéciale Angoulême 2013.

 

Jeanne la Pucelle, Tome 1, Entre les bêtes et les anges, par Jean-François Cellier (Soleil 2012). Cette histoire a inspiré une œuvre forte. Le dessinateur Jean-François Cellier (né à Bron, près de Lyon en 1973) ainsi que le scénariste Fabrice Hadjadj (philosophe, né à Nanterre en 1971) sont les auteurs de cette BD qui va se poursuivre au long de deux autres albums. C’est la première BD chrétienne de l’éditeur Soleil à Toulon et elle partage le même Grand Prix de la BD chrétienne à Angoulême et le prix Gabriel à Bruxelles. Un deuxième tome a suivi en 2014 mais la trilogie ne sera probablement jamais complète car l’éditeur a décidé d’arrêter la série.

 

Joseph, du rêve à la réalité, par Philippe Hochet (Tournesol 2011, La Ligue 2012). On lui doit plusieurs albums, mais celui-ci est le plus vivant et le plus intéressant. Il a reçu une mention spéciale à la fois à Angoulême et à Bruxelles. L’accent est mis sur le rapport ponctué de questions entre Dieu et Joseph» Agréablement dessiné et dialogué, le récit respecte le cadre historique possible du livre de la Genèse, où Dieu n’est cité qu’une vingtaine de fois, comme une référence ; chacun de ces passages-là est repris dans la BD, qui y ajoute une dizaine de mentions de relation à Dieu.

Poverello (St François d’Assise) par Robin (Bayard 2014, Prix Gabriel 2015). Poverello (« petit pauvre ») est le surnom de François d’Assise. L’auteur Robin (Pascal Gindre, directeur artistique chez Bayard) renouvelle le genre et a réalisé ici un roman graphique. Un jeune acteur, John Coal, déjà riche et célèbre, accepte le rôle de Poverello dans le film d’un grand réalisateur. Le récit alterne entre les scènes de la vie de Saint François en couleur sépia et les péripéties d’aujourd’hui. On découvre la vie de François et en parallèle John Coal se transforme, réfléchit sur le sens de sa vie, petit à petit se détourne de la gloire éphémère et découvre l’essentiel de sa vie.  Nous sommes témoins d’un tournage d’un film sur Saint François avec des personnages vrais et attachants, Les grandes étapes de la vie de Saint François sont filmées, avec profondeur et parfois avec humour. En 2016, Robin nous donne une nouvelle BD sur l’Evangile mais avec le titre neutre « Les Larmes d’Esther », toujours chez Bayard.

L’Abbaye de Clairvaux, le corps et l’âme (Glénat 2015, Prix Gabriel 2016)

dessin Denis Béchu, Scénario Didier Convard & Eric Adam, couleurs Denis Béchu

& Charlotte Bey, éd. Glénat et Conseil Général de l’Aube, mai 2015.         

Le sous-titre « Le corps et l’âme » est énigmatique et ne se comprendra qu’à la lecture. En lisant la 4ème de couverture et la dernière page après la planche 46, on comprend que la BD va raconter la vie de Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153), depuis son départ de Cîteaux en 1115 (9ème centenaire) jusqu’à sa mort. Où s’arrête l’histoire, où commence la légende ? Bernard trouve les fonds de construction d’une abbaye et les ouvriers aux connaissances exceptionnelles. Humour, langage cru, générosité, confiance, tout est présent dans cet album pour grands adolescents et adultes. Le dessin et les couleurs sont de qualité et le scénario est digne d’un Fabrice Hadjadj.